Le requin lutin, alias « l’alien des abîmes »

Le requin lutin, surnommé « l’alien des abîmes » pour son aspect effrayant et ses origines préhistoriques, vit habituellement dans les grandes profondeurs. Son nez proéminent et sa bouche télescopique font de ce requin, un animal curieux. (Image d’en-tête : © Museum Victoria/Wikimedia Commons)

© Hungarian Snow, CC BY-SA 2.0, via Wikimedia Commons

Le Mitsukurina owstoni (nom scientifique) ou requin lutin est une curiosité de la nature. Avec son long nez aplati et sa mâchoire télescopique composée de dents en forme de clous, ce requin intrigue toujours les scientifiques. Et pour cause ! Il est encore trop peu connu puisqu’une centaine d’individus seulement ont été capturés à ce jour.

En effet, il reste très rare et discret. De ce fait, on ne l’a découvert qu’en 1897. En plus, cette espèce rare et unique vit entre 30 et 1 300 mètres de profondeur et mesure entre trois et quatre mètres à l’âge adulte. 

© Dianne Bray / Museum Victoria, CC BY 3.0 AU, via Wikimedia Commons

Cet animal est considéré comme un fossile vivant, datant de quelque 125 millions d’années. En fait, le requin lutin doit son nom scientifique au professeur japonais de l’université de Tokyo, Kachiki Mitsukuri qui a reçu le premier spécimen pêché en 1897 des mains du naturaliste Alan Owston.

Un requin étonnant 

Le requin lutin est présent dans l’océan Pacifique, Atlantique et Indien. Il est doté d’une mâchoire étonnante qu’il déploie en avant dès qu’une proie est détectée puis qu’il rétracte sous son nez charnu en forme de pelle.

© ktmarinebiology.weebly.com

En 2014, un cameraman qui plongeait pour un documentaire s’est fait mordre par accident par un requin lutin. En effet, sur la vidéo, on voit l’incroyable mâchoire de l’animal se rétracter lorsqu’il l’attaque. Le requin s’est attaqué au plongeur et a coincé ses dents dans la combinaison de plongée. Les dents sont si petites que le caméraman n’a pas ressentie de douleurs

© lemarin.ouest-france.fr

Malgré cet accident, le requin lutin n’est pas un danger pour l’homme. En plus, il est sur la liste rouge de l’Union Internationale pour la conservation de la Nature et sur celui de l’inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN).

© lemarin.ouest-france.fr
Soutenez Rélocos sur Tipeee