La surprenante rue d’Orchampt à Paris

La rue d’Orchampt se situe dans le 18e arrondissement de Paris. Elle est très connue des Parisiens mais également des touristes. En effet, la ruelle possède le plus petit trottoir de la capitale. Elle abrite également au 11B, la maison de Dalida, qui fut le théâtre d’une romance incroyable avec un certain François Mitterrand. (Image-d’en-tête : © Rélocos)

© Rélocos
La rue d’Orchampt et le plus petit trottoir de Paris 

La rue d’Orchampt est une voie publique située dans le 18e arrondissement de Paris. Elle débute au 15 rue Ravignan et se termine au 100 rue Lepic, après avoir formé un coude. Avant de recevoir son nom actuel en 1878, cette voie s’appelait « rue Barthélémy » vers 1860. Elle ne sera classée voie publique qu’à la suite de l’arrêté préfectoral du 6 avril 1984. La rue mesure 136 mètres de longueur et 3 mètres de largeur.

© Rélocos

Ce qui fait la renommée de cette petite rue est son trottoir. Il est le plus petit de Paris. Cette caractéristique se retrouve notamment dans le film « L’Auberge Espagnole » de Cédric Klapisch. Les deux protagonistes du film s’embrassent difficilement sur l’un des trottoirs. La rue jouit également d’une grande popularité grâce aux célébrités qui y ont habité. 

© Rélocos
Au bout de la rue, l’imposante maison de Dalida
© Britchi Mirela, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons

Si la rue est aussi connue, c’est aussi parce que des célébrités ont habité dans cette rue. La plus célèbre est sans doute Dalida. En 1962, l’artiste pose ses valises dans la grande maison blanche située au 11, bis rue d’Orchampt. 

© Rélocos

Pendant 25 ans, Dalida côtoie les Montmartrois et défraie la chronique, de par sa relation secrète avec l’ancien président de la République, François Mitterrand. Un Montmartrois nous a d’ailleurs glissé une anecdote sur leur passion : « C’est à la demande de Mitterrand que Jacques Chirac, alors secrétaire d’État à l’Emploi, fit poser 3 lampadaires le long de la rue. Avant cela, la rue était dépourvue de lumière. Et c’est donc, à l’aveuglette, que l’ancien président arpentait la rue qui conduit à la maison de l’artiste« .

© Rélocos

Dans sa nouvelle « Le Passe-Muraille », Marcel Aymé fait résider son personnage, Monsieur Dutilleul au 75 bis de la rue d’Orchampt. Cependant, ne cherchez pas ce numéro, il n’existe pas.

© Rélocos

Autant de personnes, personnages ou encore légendes ont fait la renommée de cette rue si particulière. 

Soutenez Rélocos sur Tipeee