Atteint de la polio, cet homme vit depuis 60 ans emprisonné dans un poumon d’acier

Paul Alexander est atteint de la polio depuis l’âge de 6 ans. Depuis plus de 60 ans, il vit enfermé dans un tube en métal, un poumon d’acier. Il fait partie des rares personnes qui vivent encore dans ces machines infernales. (Image d’en-tête : © amarsangbad.com)

© midilibre.fr

Plus de 60 ans enfermé dans un tube. C’est ce que vit Paul Alexander, diagnostiqué à l’âge de 6 ans de la polio. Depuis, il est prisonnier d’un poumon d’acier, un tube métallique qui a sauvé des milliers de vies à travers le monde au milieu du 20e siècle

© societe-sciences-agriculture-arts-lille.fr
Un handicap qui ne l’a pas empêché d’être avocat 

Malgré le fait d’être dépendant de ce poumon d’acier, Paul Alexander est allé à l’université et est diplômé en Droit. Étudiant, il pouvait s’extraire le temps des cours de cette machine placée dans le dortoir de la faculté. Puis, il est devenu avocat. Ainsi, malgré son handicap, il a toujours eu des clients.

Aujourd’hui il ne peut plus s’extraire de ce tube en métal et tape à l’ordinateur grâce à une tige en fer qui lui sert pour appuyer sur les touches du clavier.

© La Lionne info / Facebook
Un dispositif qui a sauvé des vies mais qui est en train de disparaître

Le premier poumon d’acier fut utilisé le 12 octobre 1928, au Children’s Hospital de Boston, sur un enfant inconscient à cause de problèmes d’insuffisance respiratoire

Pendant plusieurs décennies, les poumons d’acier ont ainsi été la seule solution viable pour les personnes atteintes de graves insuffisances respiratoires, comme la poliomyélite

© La Lionne info / Facebook

De nos jours, seule une poignée de personnes vivent encore dans ces machines infernales. Presque plus personne ne produit ce tube ou n’est en mesure de fournir des pièces de rechange nécessaires à son fonctionnement

Aujourd’hui, le poumon d’acier est en train de disparaître. En effet, la plupart des patients atteints de paralysie respiratoire utilisent une ventilation en pression positive continue. 

© La Lionne info / Facebook
Soutenez Rélocos sur Tipeee